Accéder au contenu principal

Pourquoi le longest lap est la plus fun des courses sur piste ?


Temps de lecture : 3 minutes

Plus lente course de la terre, plus originale, plus étrange, les superlatifs ne manquent pas lorsqu’il s’agit de définir le Marymoor Crawl. Plus connue sous le nom « longest lap », c’est surtout une épreuve très originale comme seul le pignon fixe sait en produire. Elle mêle habileté et patience d’abord, et vitesse ensuite.

Règles et origine du longest lap

Cette discipline est née en 2005 lors du premier GP du vélodrome de Marymoor, à Redmond aux États-Unis.
Les coureurs se regroupent à environ 100 mètres de la ligne de départ. En attendant le signal de la cloche, ils ne doivent pas franchir la ligne de départ. Par conséquent la maitrise du trackstand (fait de rester statique sur le vélo sans toucher le sol) est indispensable. Ils sont disqualifiés si :

  • Ils franchissent la ligne de départ avant le signal
  • Ils posent pied à terre ou qu’ils tombent
  • Ils s’accrochent à la barrière
  • Ils sortent de la piste
  • Ils touchent un autre coureur avec les mains
  • Ils reculent

On observe 2 stratégies différentes : Certains coureurs restent assez éloignés de la ligne et s’y rapprochent doucement (le risque dans ce cas est de partir de trop loin au moment du signal pour espérer remporter le sprint). D’autres, sont plus confiants dans leur trackstand et se tiennent plus proches de la ligne. Dans ce cas pas le droit à l’erreur car le moindre réajustement leur est fatal (un tour de manivelle leur fait franchir la ligne).

Au départ, le signal était donné au bout de trois minutes, mais des complices des coureurs équipés de chronomètres les prévenaient de l’imminence du signal. Désormais le signal est donné entre la troisième et la quatrième minute.

Passé ce délai, la sonnerie de la cloche lance le début d’un sprint pour couronner le vainqueur. La version originale du Marymoor Crawl comprend un sprint d’un tour sur une piste de 400 mètres mais la distance est adaptée selon les vélodromes. 

Vélodrome Commémoratif Jerry Baker

Le vélodrome de Marymoor Park ouvre ses portes sous le nom de vélodrome de Marymoor au printemps 1975. La piste d’origine n’avait pas de balustrade, de feux, de tribune pour les juges ou même de parking. La balustrade est installée en 1976, le parking l’année suivante.  En 1990, le cercle d’échauffement intérieur est ajouté.

Les courses et l’exploitation du vélodrome sont gérés depuis 1991 par la Marymoor Velodrome Association (MVA), une organisation bénévole à but non lucratif dont les membres sont des coureurs et des passionnés locaux. 

La mission MVA: « Créer un environnement qui inspire et renforce la passion de la communauté pour le cyclisme et la santé. Exploiter durablement un vélodrome et une installation de loisirs reconnus au niveau national pour le bénéfice des générations à venir.»

Le Marymoor Crawl voit le jour sous l’impulsion de Phil Stevens. Il s’agit de créer une épreuve spéciale pour le Grand Prix de la FSA (devenu plus tard GP de Marymoor. Le succès est immédiat et viral. L’épreuve fait encore plus parler d’elle quand elle intègre le monde pro en prenant le nom de longest lap lors de la Revolution Series en octobre 2014 à Londres. De nombreux professionnels s’y essaient comme Elia Viviani, Bradley Wiggins, Illjo Keisse ou encore Alex Dowsett. L’année suivante on y verra Geraint Thomas se faire éliminer (pour s’être tenu à la barrière).

En octobre 2015 le vélodrome est renommé Vélodrome commémoratif Jerry Baker* après le décès de ce dernier le 10 septembre 2015.

Désormais on retrouve le longest lap dans de nombreux événements liés au pignon fixe, bientôt les JO ?

*A propos de Jerry Baker

Jerry Baker était un membre très apprécié de la communauté cycliste du Pacifique Nord-Ouest. Impliqué dans le vélodrome de Marymoor Park depuis sa création, Jerry a aidé à développer et à administrer ses programmes de course et d’éducation. Il était un membre actif du conseil d’administration d’organisations cyclistes locales importantes, notamment la Marymoor Velodrome. Ses contributions au cyclisme à travers le développement communautaire et le développement des jeunes ont contribué à encourager des générations de cyclistes. Jerry Baker était vraiment partout dans le cyclisme du Nord-Ouest.

https://velodrome.org/about-jerry-baker/


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :